AC Milan

L’histoire Donnarumma : une déception sans fin

Gigio Donnarumma, le gardien titulaire du Milan AC a décidé de refuser le renouvellement du contrat proposé par les Rossoneri. La décision a été rendu officielle jeudi autour de 17h30 mais nous n’avons pas voulu communiqué cette information parce que ça aurait été un article beaucoup trop critique envers Gigio et qu’il n’est jamais bon de réagir « à chaud ». Quatre jours sont passés et nous sommes toujours aussi mal pour cette notice qui a bouleversé le monde Milan. Avec décision, Donnarumma est passé d’idole à l’homme le plus détésté de tout le pays.

La décision : Revenons sur cette affaire. Depuis l’arrivée des chinois à la tête du Milan, le renouvellement du contrat de Gigio Donnarumma était la priorité numéro une. Début avril, Fassone et Mirabelli font une première offre au jeune joueur : contrat de 5 ans pour 3 millions d’euros net par saison. Donnarumma et son agent Mino Raiola jugent cette offre trop basse et la refusent. A partir de là, commence une vraie et propre négociation. Les Rossoneri vont jusqu’à proposer 5 millions d’euros net pour 5 ans soit un investissement de 50 millions brut pour les 5 prochaines années. Cette proposition remontait à 15 jours, nous l’avions annoncé ici, en avant première. Après cette entrevue, Fassone et Mirabelli étaient confiants sur la réponse du joueur. L’offre était très importante, mais aussi le projet. Surtout, Gigio avait montré disponibilité et volonté de rester avec les Rossoneri aussi parceque c’était l’équipe qui l’avait lancé et qu’à 18 ans gagner 5 millions d’euros net par an est quelque chose d’extraordinaire.

Les motifs de la rupture : Donc, comment sommes nous passés d’une situation où les deux parties étaient sur le point de trouver un accord à une rupture incompréhensible?
Mino Raiola a fait son travail en influençant le jeune gardien de 18 ans, mais la réalité est bien là : Gigio a pris une décision, une décision de mercenaire : il a préféré l’argent qu’on lui a promis, plutôt que de faire l’histoire du Milan.

La réaction de Fassone : Fassone, nouveau AD du Milan s’est exprimé sur ce dossier. Nous sommes restés impressionner de la réponse qu’il a fourni, une interprétation vraiment professionnelle, une vision, à mon sens, très censée. Voici ses déclarations :

Donner une explication à ce qui s’est passé me parait très simple : Joueur et agent ont fait une évaluation, technique et économique, retenant plus avantageux pour eux, de choisir un club, ans un futur, avec un pedigree plus important, et de plus gros avantages financiers. Mais depuis le premier jour que nous avons entamé les négociations, Raiola cherchait par tous les moyens à ralentir, le joueur disait vouloir à tout prix le Milan. Et il nous le disait droit dans les yeux. Il était absolument sincère. A la fin, c’est la ligne directrice de l’agent qui l’a remporté,et je suis convaincu qu’au plus profond de lui, Gigio n’est pas convaincu qu’il s’agit du meilleur choix.

La défense de Raiola : L’agent de Gigio Donnarumma a voulu s’exprimer pour faire comprendre au monde à quel point le Milan a été cruel avec son assisté. Bien sur, Raiola, pour la première fois, s’est fait humilié car il n’avait pas pris en compte les répercutions de cette décision. Je m’explique : Raiola a depuis toujours des joueurs qui ne sont pas attachés, sentimentalement aux clubs pour lesquels ils évoluent : Ibra, Pogba sont des joueurs de passage. Donnarumma était et demeure une idole à Milan, les gens vont au stade juste pour voir le 99, c’est le seul joueur qui a des chants personnalisés de la Curva Sud… En refusant le renouvellement de contrat, Son image et sa réputation en ont pris un certain coup et cette action est surement irréversible.

Les arguments de Raiola sont complétement infondés et faux : « Le Milan a mis trop de pression à mon assisté », voici la défense principale de l’agent italo-hollandais.
En effet, cher Mino, deux mois pour décider est vraiment trop rapide. Le premier rendez vous a eu lieu le 14 avril et la deadline fixé par Fassone a eu lieu le 15 juin. De plus, le Milan ne peut pas se présenter sans gardien titulaire avec le risque de se retrouver fin aôut avec un gardien sans prolongation de contrat qui décide de ne pas renouveler
Mais Fassone a été très fort dans ce sens :  » Gigio, nous l’aimons tous, et nous avons essayé de transférer ces sentiments par tout moyen. Je dirais même plus : Encore aujourd’hui, le Milan serait prêt à l’accueillir à bras ouvert, même les tifosi. »
En résumé, nous, on a fait tout ce qui était en notre pouvoir, mais si le joueur est conditionné par sa famille et son agent qui ne veut pas renouveler, c’est son problème.

Raiola a cherché à se défendre comme il a pu : Le Milan a mis pression au jeune Gigio d’entrée de jeu. Gigio était prêt à renouveler mais moi à ces conditions je n’accepte pas. Le rapport avec Mirabelli? Je ne juge pas l’homme mais ces méthodes je ne les partage pas. Il a prouvé son manque d’expérience et de fiabilité. Gigio a été sous pression et nous n’avons pas apprecié les menaces des dirigeants pour un joueur en or comme Gigio.

C’est vrai, mon cher Raiola, qu’aller discuter directement avec le joueur pour son propre futur, donc son propre intérêt est un manque total de respect. Et offrir 5 millions par an sont des conditions inacceptables… Mais où on va?

Nous avons voulu connaître un article connaissant toutes l’histoired’où la diffusion un peu tardive.. A l’heure d’aujourd’hui, nous pouvons dire que la société a tout fait pour convaincre Gigio mais la volonté du joueur est bien au delà du Milan. Dire que nous sommes déçus est un sentiment bien faible. Certains parlent même de trahison. Il y a beaucoup d’amertume et c’est une défaite pour le Milan mais aussi pour le football de manière plus générale parce que c’est inconcevable d’avoir une situation où un jeune de 18 ans n’a aucune reconnaissance, n’a aucune valeurs morales pour la société qui a cru en lui, qui l’a protégé dans les moments de difficulté et qui l’a fait découvrir au monde.

On peut comprendre et accepter que le joueur ne croit pas dans le projet Milan, mais se comporter de cette manière, mettre le Milan en difficulté, au pied du mur, est inacceptable. Le minimum aurait été de resigner avec le club, et demander le départ à sa vraie valeur sur le marché.
Maintenant, la société se retrouve coincée, dos au mur, et il existe 2 solutions : ou le Milan adopte la ligne punitive, garder le joueur jusqu’à la fin naturelle de son contrat, le mettre en tribune pendant 1 an et lui faire rater la prochaine Coupe du Monde, ou de le vendre tout de suite à un prix inférieur à sa valeur ( 20-30 millions d’euros).

Notre opinion serait de monétiser un maximum d’une éventuelle cession parce que garder un tel élément dans l’équipe serait néfaste pour l’ensemble du groupe et créerait des tensions inutiles.

Le Milan a fait l’histoire avant Donnarumma et la fera aussi après. Nous avons vu partir Sheva, Kaka, T. Silva qui étaient avant tout tifosi et qui ont toujours respectés le maillot…

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :