Analyses de matchs Articles Live Milan

Le Milan s’est fait peur mais jouera le dernier tour d’EL contre Rio Ave.

La soirée d’Europa League contre le Bodo Glimt était un test compliqué pour un Milan décimé par les blessures et les absences : le grand absent était Zlatan Ibrahimovic atteint du Covid-19 («le Covid a décidé de me défier, mauvaise idée), que nous pouvons lire sur son compte Twitter mais les hommes de Pioli ont su répondre présent. Score final 3-2, prestation à revoir pour certains, à encenser pour d’autres et leçons à en tirer. AcMilanmania fait le point sur cette soirée !

Calhanoglu, quelle personnalité !

 Hakan Calhanoglu est le MVP du match, sans aucun doute. Il a développé une force mentale telle qui fait de lui un nouveau joueur pour le Milan. Sa prestation est excellente, la réaction après le but du Bodo a été instantanée, ce qui a permis aux Rossoneri de revenir immédiatement dans le match. Le deuxième but est une invention géniale de Hakan, qui dévie un ballon pour le premier but officiel du jeune Lorenzo Colombo. En deuxième mi-temps, il signe le 3è but après une combinaison sur corner. En l’absence de Zlatan Ibrahimovic, il a pris l’équipe en main et c’est l’un des acteurs de la qualification du Milan au 4è tour des préliminaires d’Europa League.
Le repositionnement tactique opéré par Stefano Pioli, numéro 10 derrière l’attaquant et la confiance retrouvée font d’un Hakan Calhanoglu un joueur retrouvé et récupéré. La fin de saison dernière semblait prometteuse et cette saison se révèle être sur le même niveau. Son contrat se terminant en juin 2021, Paolo Maldini a déjà pris les devants et on parlerait même d’une proposition pour un renouvellement de contrat jusqu’en 2024. Les prestations de Calhanoglu sont bonnes mais n’oublions pas que nous affrontons des équipes d’un niveau relativement bas et qu’il faudra confirmer contre des équipes rivales mais les sensations sont positives.

Davide Calabria, de bonnes retrouvailles ?

Deuxième mention spéciale, pour un joueur, qui semblait être sur le départ, Davide Calabria. Le jeune latéral milanais a eu deux dernières saisons tourmentées. Le changement de direction, les entraineurs qui se succèdent, le manque de confiance n’ont pas aidé Calabria dans sa croissance en tant que joueur. Ce début de saison est pour lui prometteur. Après la bonne prestation contre le Bologna, hier soir, il était le patron sur son côté droit. Il a su être présent défensivement et a apporté sa contribution d’un point de vue offensif. Aujourd’hui, si Calabria arrive à enchainer ce type de prestations, il sera le titulaire. A confirmer !

Castillejo et la défense centrale dans la sauce…

Après avoir évoqué les bonnes choses, il est évident de mettre l’accent sur les choses moins bonnes. Alors oui, après une qualification et une victoire, les points positifs sont supérieurs au points négatifs. Mais pour autant, les hommes de Stefano Pioli ont souffert bien plus que prévu. Samu Castillejo a vécu une soirée délicate, une de plus. Très brouillon, il a rarement fait les bons choix et s’est trouvé en délicatesse tout le temps passé sur le terrain. Sa prestation n’est pas négative en soi, mais insuffisante, contre une équipe norvégienne, qui a créé la sensation mais on aurait du voir tout le «talent » de Samu. Le coté droit offensif est un problème, et le match d’hier a montré qu’il fallait intervenir sur le mercato pour se renforcer. (Le nom de Chiesa est plus qu’une suggestion).

La défense centrale n’a pas été exempté de tout reproche. Matteo Gabbia m’a semblé encore trop fragile, physiquement et techniquement, il perd son homme au marquage lors du premier but. Il a montré des fragilités qui semblent vraiment difficile à expliquer à ce niveau de la compétition. Gabbia continue son processus de « crescita » mais la sensation est qu’il est trop léger pour Milan. Simon Kjaer de son côté a réalisé une bonne prestation sans pour autant exceller. Ses conditions précaires au niveau physique se sont fait ressentir. Ce match a clairement montré que le Milan devra intervenir sur le mercato en défense centrale, car les absences de Romagnoli et Musacchio (mais est il vraiment fiable ?) font que la bande de Maldini a encore du travail pour renforcer l’équipe.

Rio Ave, dernier adveraire avant l’Europa League.

Le Milan pensait affronter le Besiktas, jeudi prochain en Turquie avant l’accès aux groupes d’Europa League, et à la surprise générale ce sont les portugais de Rio Ave qui affronteront le club lombard.
Ils ont battu le Besiktas aux penaltys dans une soirée assez folle. Le club portugais a réalisé l’exploit en éliminant les Turcs, ce qui semble être une bonne nouvelle pour le Milan.
Attention tout de même à ne pas sous-estimer son adversaire, qui rêve d’éliminer un autre club historique. Réponse, jeudi prochain !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :